Et si vous offriez à vos bénéficiaires et à vos équipes les bienfaits d’un jardin thérapeutique ?

Le jardin qui prend soin se propose de vous faire découvrir dans cet article pour commencer les raisons de mettre en place un jardin thérapeutique dans une organisation de soins telle qu’une maison de repos. Dans un deuxième temps, nous passerons en revue les balises que s’est donné le jardin qui prend soin pour accompagner cette mise en place, la création et le vivre au jardin dans le cadre de soins et d’aide aux personnes. Nous y examinerons aussi le rôle de l’hortithérapeute. Enfin, nous terminerons par ce que les personnes ayant la possibilité de bénéficier d’un jardin thérapeutique en disent elles-mêmes.

Pourquoi mettre en place un jardin thérapeutique dans une structure de soins telle qu’une maison de repos ?

Tous les jardiniers le savent, le jardin apaise le corps et l’esprit. Les scientifiques se sont largement emparés de la question de l’impact  des espaces végétalisés et de l’environnement sur notre santé et bien-être[1]. Et nous sommes de plus en plus nombreux à considérer le jardin comme une des pièces les plus importantes de notre habitat[2]. Et pour cause, au-delà du fait de s’y émerveiller quotidiennement de la vie et d’y cultiver l’espérance de belles récoltes, le jardin est pour une majorité d’entre nous un espace dédié au vivre-ensemble – on y  prend l’air, on y joue, on y savoure le temps entre amis ou en famille, on y lit, on s’y repose, on y fait de l’exercice.

Dans la pandémie liée au covid que nous avons à vivre, nous avons tous subi des traumatismes, des pertes, de l’isolement, des deuils, et nos émotions en sont encore toutes emmêlées aujourd’hui. Cela a modifié notre regard sur ce qui est thérapeutique, sur ce dont nous avons essentiellement besoin, et nous avons plus que jamais besoin d’un endroit rassurant où reprendre confiance.

Le jardin peut faire partie de ce long chemin car les usages bénéfiques d’un jardin thérapeutique rayonnent à 360° autour de lui. En effet, les usagers directs, résidents de la maison par exemple, s’y sentent très vite bien, accompagnés ou en autonomie, ils en font un lieu de ressourcement et de résilience. Le personnel soignant et non-soignant qui dispose d’un nouvel outil de travail plaisant et puissant voit son stress diminuer et trouve un lieu où exprimer ses émotions au travail. Les proches des usagers profitent d’ un lieu agréable lors de leurs visites et bénéficient de nouveaux supports d’échanges riches avec leur proche. L’établissement démontre, entre autres grâce au jardin la qualité de ses services, rendant visible et palpable son engagement pour l’accueil de ses usagers et de leurs proches. Et puis il y a la nature bien entendu. Un jardin thérapeutique prend soin du vivant dans son ensemble. En favorisant la biodiversité, on laisse les équilibres écologiques se mettre en place. Cela permet de développer nos qualités de respect, d’acceptation, de patience, d’observation, d’émerveillement, de rêverie.

Dans les établissements d’accueil pour personnes âgées, de tels espaces peuvent être le lieu de véritables usages bénéfiques mais aussi symboliser un échappatoire du cadre institutionnel extrêmement salutaire. Les jardins thérapeutiques améliorent la santé, la qualité duservice et des soins, permettent aux soignants de se mettre en projet ensemble, et de développer de nouvelles relations de soins efficaces et motivantes. De nombreuses expériences existent dans le secteur des personnes âgées, elles sont positives et répondent à de multiples besoins[3].

Jardin, espace de vie agréable au quotidien

Le jardin est d’abord un lieu adapté et sécurisé pour tout simplement prendre l’air et profiter du bon temps, il permet aux résidents d’aller et venir librement, de « prendre une bouffée d’oxygène » en cas de crise ou de moments difficiles, de trouver un moment d’intimité ou un moment de calme, « une pause dans le quotidien » collectif.

De plus, en structure résidentielle, il y a peu de place pour la liberté d’action, le jardin est un lieu qui permet d’avoir le choix. Hors, avoir le choix c’est aussi avoir une certaine liberté, et c’est justement ce qui permet de se sentir chez soi. Le jardin facilite l’entrée en institution et réduit le stress lié à cet évènement de vie, l’entrée en maison de repos étant parfois synonyme de perte de liberté et d’autonomie pour les personnes âgées, notamment les plus autonomes.

Jardin, espace de travail qui fait sens

Le jardin est aussi un lieu de détente pour les membres du personnel, il offre un cadre de travail agréable et contribue à la diminution du burn-out chez les soignants et les aidants[4] de par le fait de disposer d’un espace extérieur « pour souffler ». Mais en fait cela va bien plus loin que cela.

Tout d’abord, le projet de jardin et sa pérennisation dans le temps contribue à la cohésion de groupe (voir point 2). Deuxièmement, au jardin, le professionnel va transférer ses compétences dans un autre lieu et profiter de sa toute autre énergie. Un kiné par exemple, n’aura plus le poster du fond du couloir comme objectif pour motiver les personnes à marcher mais la visite du jardin, et ses multiples possibilités pour travailler la motricité. Troisièmement, au jardin, c’est la relation même de soin qui se transforme. Dans cet espace naturel, familier, physiquement séparé des espaces de soin ordinaires et identifiés comme tels, il n’y a plus de «soigné» ou de «soignant», il y a des personnes qui partagent des moments communs d’égal à égal, dans du « donnant-donnant ». Le jardin est «un médiateur servant à sortir le soin de son acception strictement médicale ou infirmière et à réduire la distance entre soignant et soigné».[5] Enfin, le jardin permet aux professionnels de santé de développer des compétences nouvelles sur l’accompagnement par le jardin.

Jardin, espace de déstigmatisation et de socialisation

Le jardin permet d’accueillir les familles et les proches dans un lieu où le « visité » n’a pas l’unique statut de « soigné ». Il permet de mieux impliquer les familles et les proches. Il peut agir sur la durée et la fréquence des visites grâce à un espace plus agréable et à des activités partagées en extérieur.

Avoir l’occasion de vivre un moment au jardin avec son parent âgé, de pouvoir avoir un échange positif sans parler de maladie est vraiment apprécié par tous. Le jardin réduit la stigmatisation sur la situation des résidents. On les découvre capables, sachant, participant, transmettant, on porte tout d’un coup un autre regard sur la maladie, et on a l’occasion de vivre des choses positives avec eux.

Quand on est enfant ou adolescent, visiter un proche âgé et malade, n’est pas toujours facile. Si on développe, par exemple, une petite aire ludique dédiées aux jeunes enfants, un petit coin tranquille où « tchiller » pour les adolescents, cela permet aux proches de venir avec les plus petits, ou leurs ados, dans un espace où ces derniers peuvent courir et jouer librement, ou se sentir bien, pour un beau moment de partage en famille.

Jardin, espace qui augmente le rayonnement des établissements

Les établissements, conçus pour l’efficacité des soins,  ne sont pas toujours bien perçus du grand public. Et la pandémie covid n’a rien arrangé. Ils souffrent d’une image négative de la vie en institution et parfois aussi de la maladie. Le jardin est un moyen de revaloriser l’image de l’institution, de renforcer les liens de confiance entre tous, résidents, proches, soignants, responsables.

Le jardin, par sa simple présence est une plus-value non négligeable pour l’image de l’établissement. Comme lorsqu’on choisit d’acheter une maison en fonction du jardin qui lui est adjoint ou de la proximité d’un parc, lorsque on a le choix entre différents établissements proposant les mêmes services, le préféré sera celui proposant les espaces extérieurs les plus agréables.

Mais une fois encore cela va bien plus loin que cela. Le jardin permet à l’établissement de s’ouvrir sur le quartier, la ville, d’accueillir d’autres publics pour des activités particulières (les écoles par exemple pour des activités intergénérationnelles).

Le jardin est un espace particulier, à la fois « en dehors » et « à l’intérieur », il permet ce que d’autres lieux ne permettent pas : créer des partenariats avec des associations, d’autres établissements, il donne une image positive et permet de rester connecté à la vie « hors institution ».

Nous l’aurons compris, mettre en place un jardin thérapeutique dans un établissement d’accueil pour personnes âgées a tout simplement beaucoup de sens. Gilles clément le formule bien :  « Le jardin est un territoire mental d’espérance ».  Si vous avez suivi jusqu’ici vous savez maintenant pourquoi vous voulez le faire. Mais cela ne s’improvise pas ! Voyons donc dans cette seconde partie comment le faire.

Comment mettre en place un jardin thérapeutique ?

Nous l’avons vu, l’espace extérieur de l’établissement peut devenir jardin thérapeutique, espace de vie agréable au quotidien, espace de travail qui fait sens, espace de déstigmatisation et de socialisation, espace qui augmente le rayonnement des établissements. Un jardin source de nombreux bénéfices tant pour les usagers que pour le personnel, un complément de valeur durable et vivant par rapport aux services et soins  habituels.

Un jardin thérapeutique… C’est avant tout le projet d’une équipe ! L’avenir du jardin dépendra de l’engagement de l’équipe. Au départ souvent une ou deux personnes sont à l’initiative mais il faut inclure, informer, impliquer, se former, s’adapter. Et pourquoi pas se faire accompagner ? Le jardin qui prend soin a développé une méthode pour accompagner de A à Z les établissements souhaitant mettre en place et faire vivre un jardin thérapeutique, pour en faire votre outil, en fonction de vos objectifs. De l’étude de projet à la mise en place, de l’animation à la formation pour transmettre nos compétences et vous permettre d’être autonomes, chaque projet de jardin thérapeutique est unique !

Ce qui guide l’accompagnement proposé par Le jardin qui prend soin

« C’est votre jardin, il doit répondre à vos besoins et rencontrer vos objectifs, pas les nôtres ».

Le jardin qui prend soin ne se pose pas en spécialiste qui vient livrer un jardin clé sur porte. Le jardin, c’est le vôtre, pas le nôtre. Pour le sens et la durabilité du projet, les objectifs du jardin sont pensés en équipe. L’implication des usagers et de l’équipe est recherchée au maximum, dès le début du projet. Les aménagements sont fait, dans la mesure du possible, de manière participative et inclusive.

« Les moyens financiers sont des contraintes , pas des obstacles »

Les moyens financiers sont parfois limités. Un jardin fait avec de l’intention est bien plus bénéfique qu’un jardin fait avec beaucoup de moyens et pas d’objectifs. Pour le jardin qui prend soin, il n’y a pas de « petit » projet et nous accordons la même attention à tous. Dans l’utilisation discrétionnaire des moyens, nous favorisons toujours ce qui rend le jardin plus vivant, plus bénéfique pour ses usagers directs. Commencer petit et simple est d’ailleurs souvent une bonne idée. Un jardin évolue et  le projet ne fait que commencer à la création du jardin. « Un jardin thérapeutique ça peut faire 20 m² comme 2 hectares et apporter tout autant de bénéfices »[6]

« Un  beau jardin pour ce qu’on y vit et ce qui y vit »

Nous préférons un jardin qui, de prime abord, semble peut-être un peu de bric et de broc mais est vivant, à un beau jardin paysager que personne ne fréquente et où il ne se passe rien. Le jardin est avant tout beau pour ce que l’on y vit. Et pour ce qui y vit. Nos jardins accueillent la biodiversité et la préservent, plantes, insectes, papillons, abeilles et oiseaux s’y épanouiront. Mais il n’est pas impossible que Le jardin qui prend soin  choisisse d’y accueillir aussi quelques belles orties !

Le design du jardin est balisé par sa sécurité, son accessibilité, sa sociabilité, son attractivité, sa familiarité. Nous préférons toujours un jardin où chacun se sent bien, quitte à pouvoir y faire des erreurs, la nature comprend. « Être au jardin est la chose essentielle pour faire vivre le jardin »[7].

« Des jardins ouverts et en lien »

Le jardin est un espace d’accueil, de rencontres, d’échanges et de lien social. Le jardin qui prend soin essaye dans tous les projets de créer une dynamique, des synergies, de susciter adhésion et participation de bénévoles jardiniers amateurs, de composteurs de quartiers, d’écoles proches.

Pour les définir, les jardins thérapeutiques sont conçus et conduits par un professionnel pour poursuivre des objectifs de prévention, d’amélioration ou de maintien de la santé dans toutes ses dimensions (physique,  psychique, sociale, spirituelle, …)[8].

Ce sont des jardins sécurisés et adaptés aux personnes à qui ils s’adressent. Des lieux ressentis comme espace de liberté et de création, parfois le seul endroit d’intimité dont peuvent disposer les personnes.

Ce sont des jardins qui font la part belle à l’éveil des sens et à la vie sociale, où chacun se sent chez soi et peut à son tour prendre soin du vivant, dans des activités qui lui correspondent, en lien avec les objectifs qui sont les siens.

Ce sont des jardins faciles d’accès, attractifs, confortables, qui limitent les risques. Le végétal y est abondant et stimulant. Mais le plus important est que ce jardin s’inscrit dans une démarche intentionnelle et portée par une équipe : on y prend soin de soi, des autres, de la vie.

Comment un jardin devient-il thérapeutique ?

Un jardin n’est pas « en soi » thérapeutique.

Un jardin est thérapeutique tout d’abord parce qu’il est conçu avec cette intention, le jardin s’est vu assigné des objectifs et une méthode d’évaluation de ceux-ci.

Deuxièmement, le jardin est thérapeutique parce qu’il permet au bénéficiaire d’avoir plus de pouvoir d’action et de décision, plus d’influence sur son environnement et sa vie. Dans le jardin, l’usager est acteur, il prend soin à son tour, du jardin. C’est du « donnant-donnant ». Le bénéficiaire participe pleinement à la création de son outil de mieux-être (empowerment). En effet, au jardin, il est acteur à la fois de son parcours de vie et de l’équilibre du lieu.

Troisièmement, le jardin est thérapeutique parce qu’il est soutenu par un professionnel formé en hortithérapie.  Voyons cela.

Quelle est la fonction de l’hortithérapeute ?

Nous l’avons vu, l’hortithérapeute accompagne une équipe et son réseau, dans un processus collectif, à la conception, à la définition des objectifs, des intentions et des moyens d’évaluation.  

L’hortithérapeute, une fois le jardin en place, a comme rôle premier de connecter les humains et les plantes, la nature[9]. Comment aider une autre personne à se connecter à la nature ? En faisant la part belle aux différents canaux sensoriels, en suscitant la curiosité et l’émerveillement, via des métaphores, des histoires.

Dans les ateliers qu’il mène au jardin, ensemble, l’hortithérapeute et le groupe cultive des plantes aromatiques, des légumes, des fleurs, des fruits mais aussi et surtout de la bienveillance, de la bonne humeur, du prendre soin de soi et du vivant.

L’hortithérapeute veille également , en fonction des besoins de chaque usager du jardin, à adapter les activités, à proposer des mouvements adaptés, à travailler les praxies. Il offre des activités gratifiantes, motivantes, porteuses de sens. Il verbalise les ressentis, met en lumière les situations de vie via des métaphores. Il invite à l’ouverture aux autres et au vivant. Il crée des occasions de se sentir utile pour chacun.

L’hortithérapeute n’est pas un jardinier qui fait l’occupationnel ou un animateur qui vise à distraire. Il est bien un soignant, centré sur la personne qui bénéficie de ses activités et sur ses besoins propres, ses objectifs. Il porte son attention lors des activités qu’il mène au jardin sur la présentation (le prendre soin de soi), la motivation, les 5 sens, l’équilibre, la concentration/attention/fatigabilité, les praxies (manipulation d’objets / écriture), la compréhension des consignes, la capacité à s’exprimer, le contrôle des pulsions, les raisonnements, les habilités sociales, le contexte personnel (les points importants pour cette personne en particulier), les soucis de santé et douleurs, les émotions, …

Pour la définir, l’hortithérapie, discipline reconnue dans de nombreux pays (Japon, Etats-Unis, Canada,…)[10] , consiste à utiliser le jardin, les plantes et la nature comme médian en vue d’objectifs précis et adaptés aux besoins du participant, avec l’accompagnement d’un professionnel formé. Il s’agit donc d’une thérapie à médiation, qui se différencie des autres thérapies essentiellement par le fait qu’elle travaille avec le vivant.

Conclusion

Se mettre en projet, concevoir et faire vivre un jardin thérapeutique en établissement d’accueil pour personnes âgées, c’est une co-construction en équipe !

Et qui mieux que les personnes elles-mêmes ou leurs soignants pour conclure :

“Nous observons également de bons effets sur les soignants. Ils sont moins sujets au stress, à l’épuisement professionnel. Nous avons fait une thèse sur l’effet de prévention du burn-out. Nous avons comparé notre unité Alzheimer, le soin de suite gériatrique et l’unité de soins palliatifs à des établissements de la région qui font les mêmes activités mais dans des services qui n’ont pas de jardin thérapeutique. Cela a permis de prouver que le jardin thérapeutique est bénéfique aux soignants. » Docteur Thérèse Jonveaux – CHU de Nancy

« Cela a aussi un impact sur les soignants, ils estiment être beaucoup moins dans la productivité de l’accompagnement (toilette à la chaîne par exemple). Grâce au jardin, ils peuvent mettre en place un accompagnement personnalisé. Ils se sentent plus bienveillants. » Gilles Lamourelle – Directeur de l’établissement Ehpad Nauton Truquez

« Le jardin m’apporte un sentiment de calme et de fraîcheur, la beauté ». Christine – résidente

« Ça permet d’avoir des liens sociaux qui sont très importants parce que quand on est là, on est coupé de certaines choses. Et puis en même temps, ça permet de se sentir un peu libéré. On est au milieu de choses que l’on ne maîtrise pas et qui nous apporte beaucoup de choses ». Alain – Aidant-proche

« Nous on est vivant, on a besoin de vivre dans du vivant ». Richard, soignant

« Au jardin, on contemple ou on pratique, en tout cas on fait, et faire – c’est être –  c’est se sentir utile – et cette utilité chaque être humain en a besoin. Ça permet vraiment de se sentir soi en tant qu’être vivant et donc de trouver sa place au sein de cet environnement et c’est la clé pour faire face à la maladie ». Romane Glotain  – Présidente de l’association les Maux passants

Article paru dans la revue Ethica Clinica n°105

http://www.unessa.be/Ethica-clinica/Les-numeros/Personnes-agees/105-Se-battre-encore-et-toujours-pour-le-bien-etre.aspx


[1] Conseil Supérieur de la Santé. Villes vertes et bleues : nature et santé humaine en milieu urbain. Bruxelles : CSS; 2021. Avis n° 9436

[2] Etude de l’agence ERA  https://www.era.be/fr/blog/6-tendances-immobilieres-pour-2021?cat=blog

[3] Conception et élaboration de jardin à l’usage des établissements sociaux médico-sociaux et sanitaires (2019) Collectif ENSP Versailles, Jardins&Santé, LivingLab, Fondation Médéric Alzheimer https://www.fondation-mederic-alzheimer.org/sites/default/files/guide-pratique-jardins.pdf

[4] CORDOZA Makayla, ULRICH Roger S. (et al) Impact of nurses taking daily work breaks in a hospital garden on burn-out AJCC American Journal of Critical Care Nov.2018 vol.27, n°6, p. 508-512.     https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30385543

[5] V. Laulier dans «Jardins et Santé, des thérapies qui renouent avec la nature», 2017

[6] Romane Glotain, Tour de France des jardins thérapeutiques https://youtu.be/NvPgQ-QO8TA

[7] Stéphane Lanel, le jardin d’Epi cure

[8] Définition de l’AHTA (American Horticultural Therapy Association) : « … est un environnement dominé par les plantes, conçu pour faciliter l’interaction avec les éléments thérapeutiques de la nature. » WWW.ahta.org

[9] The Profession and Practice of Horticultural Therapy, Rebecca L. Haller, Karen L. Kennedy et Christine L. Capra, CRC Press, 2019

[10] Définition de l’ATHA : « …. consiste à utiliser les plantes et le végétal comme médiation thérapeutique sous la direction d’un professionnel formé à cette pratique pour atteindre des objectifs précis adaptés aux besoins du participant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.